TIRTHAMKARA


TIRTHAMKARA
TIRTHAMKARA

T 壟RTHAMKARA

Les t 稜rthamkara ou t 稜rthakara , qu’on appelle aussi jinas («vainqueurs») ou arhants («saints parfaits»), sont, dans le jaïnisme, des personnages qui, parvenus à l’omniscience, s’incarnent sur Terre à tour de rôle pour guider les hommes dans la vraie voie du salut (t 稜rtha face="EU Updot" 臘kara , en sanskrit, veut dire «faiseur de gué», «passeur»), et dont seuls les deux derniers, P r’sva et surtout Vardham na ou Mah v 稜ra (\TIRTHAMKARA VIe s.), appartiennent à l’histoire, les autres plongeant dans un passé immémorial. Selon la croyance jaïna, chaque âge du monde, ainsi que des neuf autres univers, possède une succession, qui lui est propre, de vingt-quatre t 稜rthamkaras (ce qui donne un total de 720 noms). Dans chaque série, les premiers sont des géants; la taille des successeurs se rapproche peu à peu de la normale, tandis que leurs apparitions se font à des intervalles moins espacés à mesure qu’on progresse vers le vingt-troisième.

L’iconographie jaïna, qui se refuse à trop singulariser ces êtres parfaits que sont les t 稜rthamkaras, confère cependant à chacun d’eux des attributs symboliques, dont les détails sont développés dans les textes postcanoniques: l’arbre qui lui est dédié, l’animal et la couleur qui lui sont propres, ses acolytes (un yak’sa et une yak’sin 稜 ).

Les noms des vingt-quatre t 稜rthamkaras de l’ère présente, noms auxquels s’ajoute le suffixe honorifique de n thaseigneur»), se rapportent à des songes de leur mère précédant leur naissance ou à d’autres circonstances entourant leur venue au monde. Les légendes relatives aux t 稜rthamkaras préhistoriques semblent bâties sur le même modèle que celle qui concerne le premier d’entre eux, ブルabha (le «Taureau») ou Adin tha (le «Maître originel»). Il aurait vécu des milliards d’années, d’abord comme prince puis comme ascète, avant de trouver le nirv na au Kail sa; la communauté jaïna aurait compté, sous son règne, 1 200 000 personnes, et le second de ses cent fils, Gommatha, est honoré par les digambaras dans l’Inde du Sud. Tous les t 稜rthamkaras appartiennent à la caste guerrière des k ルatriyas. Deux d’entre eux, Suvrata (le vingtième) et Ari’stanemi (le vingt-deuxième) étaient de la tribu du dieu K リルユa, tandis que les autres se rattachaient à la dynastie Ik’sav ku, dont descendrait le dieu R ma. Le dix-neuvième t 稜rthamkara fut, selon les shvetambaras, une femme, ce que rejettent les digambaras. Voici le nom, le signe et la couleur des deux derniers t 稜rthamkaras de l’ère actuelle: P rshva («Terre»), le serpent, le vert; Vardham na («Qui s’accroît»), ensuite appelé Mah v 稜ra («Grand Héros»), le lion, l’or.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marichi — (Sanskrit: मरीचि, Marīci m.) ist einer der sieben Weisen (saptarishi) im Hinduismus und wird auch zu den Prajapatis gezählt. Hinduismus Marichi gilt als geistgeborener Sohn von Brahma und ist durch Kala der Vater des Weisen Kashyapa. Marichi gilt …   Deutsch Wikipedia

  • SVASTIKA — Mot sanskrit dérivé de su («bien») et de asti («il est») et signifiant: «qui conduit au bien être», svastika désigne une croix aux bras égaux s’infléchissant selon un angle droit et tournés tous dans le même sens, habituellement le sens des… …   Encyclopédie Universelle